HISTORIQUE

L’AIEFFA s’est créée autour des valeurs de la francophonie et, depuis son origine, a naturellement souhaité rejoindre l’OIF.

Plusieurs de ses membres étaient (et sont toujours) membres de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), opérateur de la Francophonie institutionnelle pour l’enseignement supérieur et la recherche qui regroupe près de 800 institutions d’enseignement supérieur et de recherche dans 100 pays.

C’est donc tout d’abord au travers de l’AUF que l’AIEFFA a frappé à la porte de l’OIF.

Mais c’était oublier la richesse de l’AIEFFA qui, au sein de ses 3 collèges, rassemble établissements de formation mais aussi des fédérations professionnelles et des personnalités, chacun veillant à la bonne adéquation entre la formation et les besoins de l’industrie.

C’est alors que tout naturellement, l’AIEFFA a présenté sa candidature au Réseau des Associations Professionnelles Francophones (RAPF) auquel elle adhère depuis début 2014. Son adhésion a été ratifiée officiellement le 10 juin 2014 lors de la signature de la charte d’adhésion par le Président Nady Jazzar, dans les locaux de l’OIF.

 

LE RAPF

Créé en 2011, le RAPF regroupe à ce jour 14 associations, qui ont souhaité mettre en commun leurs expertises et leurs ressources au sein d’un réseau organisé sous l’égide de l’OIF.

Ces associations francophones, autonomes ou formant un regroupement au sein d’une organisation internationale représentent des secteurs et métiers clefs de la vie économique : notaires, géomètres, experts-comptables et commissaires aux comptes, normalisateurs et qualiticiens, ingénieurs et scientifiques, assureurs et ses formateurs, technologistes biomédicaux, infirmiers, pharmaciens, fonctionnaires internationaux, spécialistes du management de projet, spécialistes de l’habitat social sont riches de savoirs complémentaires.

S’appuyant sur le dynamisme de ces associations, le RAPF permet le développement de synergies transversales interprofessionnelles et la mutualisation des expériences, stimulant ainsi, au sein de l’espace économique francophone, le développement de chacun des domaines de compétence pour le bénéfice de tous.

Avec l’esprit de solidarité qui anime la Francophonie, les membres diffusent et partagent des savoirs techniques et professionnels visant à développer les compétences.

Ils forment un bloc cohérent pour débattre de problématiques communes liées à une conception francophone des métiers ou des professions et de la formation professionnelle et avoir davantage de poids face aux instances internationales, notamment les grands organismes bailleurs de fonds.

Ils soutiennent la production et la mise en œuvre d’outils permettant aux professionnels francophones d’agir aux niveaux international, régional et national, promouvant ainsi l’excellence et l’innovation francophones et contribuent à la valorisation du français en tant que langue technique, scientifique, juridique, économique et financière à l’échelle internationale.

Dans un contexte de développement durable planétaire, le RAPF défend, au delà de la langue française, la référence à une culture ou à un système francophones dans les domaines juridique, technique, scientifique, économique ou financier respectant l’éthique et des normes internationales. Il apporte son expertise du terrain et alimente de manière informelle les politiques de l’OIF, œuvrant au renforcement des capacités des professionnels de tous les pays de la Francophonie et tentant à apporter des réponses concrètes aux défis de la mondialisation dans les champs prioritaires de la Francophonie.

http://www.francophonie.org/Monde-du-travail.html

 

ACTIONS CONCRÈTES

Accompagné et soutenu par l’OIF, le RAPF s’est d’abord penché sur la formation professionnelle qui constitue une préoccupation commune a été menée dans l’optique d’élaborer une stratégie et se doter de moyens. Un séminaire organisé en décembre 2013 a été le point de départ d’une étude sur la formation professionnelle qui s’est déroulée tout au long de l’année 2014 et à laquelle les établissements de formation membres de l’AIEFFA ont largement participé, en particulier sur le continent africain ( Maghreb et pays CIMA) .Les recommandations sont en ligne sur le site de l’OIF :

http://www.francophonie.org/IMG/pdf/20141222_-_rapport_sur_les_bonnes_pratiques_de_formation_professionnelle_continue_-_rmda.pdf

Poursuivant sa réflexion sur son action au sein du monde économique francophone, le RAPF a souhaité affirmer sa présence dans la dynamique de structuration de celui-ci.

Dans la suite de la Stratégie économique pour la Francophonie adoptée lors du Sommet de Dakar, le RAPF a organisé un colloque, en décembre 2014, avec pour objectif de faire valoir les atouts, les bonnes pratiques et la valeur ajoutée du RAPF en tant qu’acteur de la mise en œuvre de cet important instrument.

L’AIEFFA a contribué avec deux orateurs ; Mikaël Sanhouidi montrant l’exemple concret d’une bonne pratique dans la contribution de l’IIA (Yaoundé) à la formation des cadres en assurance pour l’émergence du marché de la zone CIMA et François-Xavier Albouy dans une table ronde, illustrant la légitimité de l’industrie de l’assurance dans l’essor économique de la zone francophone.

 

Au Forum de la francophonie qui s’est tenu à Liège en Juillet 2015, le RAPF animait un atelier où l’AIEFFA a pris une part active sur le thème de la micro-assurance.

 

L’AIEFFA a maintenant acquis une vraie reconnaissance au sein du RAPF, et lors des élections du nouveau bureau, en février 2016, Béatrice Blanchard Duhayon, qui coordonne depuis l’origine les actions de l’AIEFFA au sein du RAPF, a été élu membre.

 

Puis, dans le cadre de la restructuration de l’OIF, il a été acté que les relations entre le RAPF et l’OIF nécessitaient la mise en place d’une dynamique transversale. C’est tout d’abord la nouvelle Direction de la Francophonie économique et numérique (DFEN) qui a été en charge de fédérer les réseaux économiques francophones.

Dans ce cadre, le RAPF a organisé le 16 novembre 2017, un colloque sur le thème de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE). Trois orateurs de l’AIEFFA se sont succédé à la tribune : Béatrice Blanchard Duhayon, montrant en quoi ce thème était au coeur de l’activité des assureurs, Francis Zambo Zambo, mettant en évidence les bonnes pratiques des assureurs africains en ce domaine et François-Xavier Albouy, auteur du « Prix d’un homme » ( Editions grasset) plaidoyer pour un prix minimum de la vie humaine.

 

L’AIEFFA, UNE OING ACCRÉDITÉE AUPRÈS DE LA FRANCOPHONIE

Le dynamisme de l’AIEFFA et son rayonnement en francophonie ont été récompensés par le Conseil permanent de la Francophonie qui, lors de sa session du 3 juillet 2018, a décidé de lui octroyer une accréditation officielle d’OING bénéficiant d’un statut consultatif auprès de la Francophonie. Une lettre officielle de son excellence Madame la Secrétaire Générale de la Francophonie a été adressée au Président Nady Jazzar invitant de plus l’AIEFFA à participer à la conférence des OING en marge du sommet d’Erevan en septembre 2018.
L’AIEFFA va ainsi profiter de nouvelles synergies et entretenir un dialogue rapproché avec l’OIF.

 

FICHIERS A TELECHARGER
Lettre officielle d’accréditation auprès de la francophonie

Directives régissant les relations de la Francophonie avec les OING et ONG

Charte du RAPF